Entre dorure et tapisserie d’ameublement, un parcours personnel et professionnel entièrement tourné vers l’art

Candice GARDE a ses racines en Auvergne, et plus particulièrement en Haute-Loire. Son goût pour l’art commence dès le lycée avec un baccalauréat Arts Appliqués, tout en manifestant déjà  un grand intérêt pour la restauration-conservation du patrimoine et des oeuvres d’art.

Naturellement elle s’oriente vers des études d’Histoire de l’Art, indispensables, à Clermont-Ferrand. Après l’obtention du DEUG, l’envie de passer des connaissances universitaires au contact de la matière est plus forte : elle intègre en alternance un atelier lyonnais et l’Ecole d’Ameublement de Paris, La Bonne Graine. Au côté de Philippe Boulet, son maitre d’apprentissage, habilité Musée de France, elle reçoit un enseignement de grande qualité et obtient un CAP de doreur ornemaniste. Elle a ainsi l’opportunité de restaurer des cadres, des miroirs, du statuaire, du mobilier liturgique pour les Monuments Historiques, les musées et les particuliers. 

Après différentes expériences en tant que salariée, Candice GARDE mûrit l’idée de créer son propre atelier.

Soucieuse d’ajouter une compétence complémentaire à la dorure, elle suit une formation en tapisserie d’ameublement validée par un Titre professionnel de tapissier garnisseur.

Atelier restauration meuble

Une idée devenue réalité avec l’ouverture de l’atelier Or et Crin à Lavaudieu

Son intérêt constant pour le patrimoine l’a conduite à travailler en tant que guide à l’Abbaye Saint-André de Lavaudieu pour l’Association Vallis Dei. Lavaudieu, classé parmi les Plus Beaux Villages de France, apparaît comme le lieu idéal pour l’installation de son atelier.

Le projet se concrétise grâce au soutien de la municipalité et de l’Association Vallis Dei, qui se sont fixées, l’une et l’autre, de promouvoir le patrimoine du village et l’accueil d’un artisanat de qualité.

Attachée à partager son goût pour l’Histoire de l’Art, Candice GARDE continue d’exercer sa fonction de guide duran